Actu sociale

Bandeau général
23/02/2024

À quel moment apprécier le cas de recours au CDD ?

Si l'irrespect du motif de recours à un CDD peut être sanctionné par la requalification du contrat en CDI, qu'en est-il lorsque ce motif disparaît en cours d'exécution du contrat ? Le risque de requalification existe-t-il alors ? Réponse du Gouvernement…

Recours au CDD : un rappel de la position du juge

Un député pointe du doigt la difficulté d'appréciation des conditions légales qui encadrent les causes de recours aux CDD.

Plus spécifiquement, les cas de recours légaux qui conditionnent la conclusion de CDD seraient appréciés « par certains analystes » lors de l'exécution du contrat et non au moment de sa formation.

Problème : le cas de recours au CDD (notamment l'accroissement temporaire d'activité et le remplacement d'un salarié absent) doit être apprécié au moment de la conclusion du contrat et non lors de son exécution ou à son terme.

Ainsi, le CDD ne doit pas pouvoir être requalifié en CDI même si le cas de recours disparaît en cours d'exécution. À ce titre, le député demande que la règle soit précisée pour tous les cas de recours au CDD.

Interrogé, le Gouvernement rappelle que le CDI reste la forme normale et générale de la relation de travail, et que la cause du recours au CDD s'apprécie à la date de conclusion du contrat.

En cas de contestation, il revient à l'employeur d'établir la réalité du motif de recours, à l'instar de l'accroissement temporaire de son activité. Il appartiendra ensuite au juge d'apprécier au cas par cas le bien-fondé du recours au CDD au moment de sa conclusion.

Recours au CDD : ça s'apprécie ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
23/02/2024

Travail saisonnier agricole : la lutte contre la fraude s'organise

Le ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a récemment été interrogé sur la particulière vulnérabilité des travailleurs saisonniers agricoles officiant notamment dans certaines maisons viticoles. L'occasion de faire un rapide tour d'horizon des mesures mises en place pour lutter efficacement contre les fraudes.

Maisons viticoles : quel contrôle des conditions de travail ?

Un député alerte le Gouvernement sur les conditions de travail des travailleurs saisonniers agricoles mis à disposition, notamment dans le secteur viticole.

Plus précisément, il pointe du doigt certaines maisons viticoles qui font le choix de confier leurs vendanges à des sociétés prestataires pour se dédouaner de tout contrôle des conditions de travail ou d'hébergement de ces salariés.

À ce titre, ce député demande l'instauration de contrôles systématiques lors d'emplois de saisonniers agricoles et, en cas de nécessité, la mise en cause systématique de la responsabilité pénale des maisons viticoles donneuses d'ordre.

Interrogé sur ce point, le ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire reconnaît l'existence de fraudes à la prestation de services, dans un secteur caractérisé par une large pénurie d'emploi.

Ainsi, il rappelle que la lutte contre le travail illégal et la protection des travailleurs vulnérables fait déjà l'objet du plan national d'actions du système de contrôle de l'inspection du travail, établi pour 2023-2025.

En complément d'actions cibles sur les vendanges, des contrôles réguliers sont menés par les agents de contrôle sur l'ensemble du territoire en lien avec la MSA et la gendarmerie.

Enfin, sans répondre à la question portant sur le caractère systématique du contrôle, le ministre rappelle l'ensemble des sanctions pénales auxquelles s'expose le donneur d'ordre ou maître d'ouvrage qui ne vérifie pas que son prestataire de services est conforme à la réglementation.

Travail saisonnier agricole : la lutte contre la fraude s'organise - © Copyright WebLex

En savoir plus...
21/02/2024

Taxe d'apprentissage : quel sort pour les fonds non affectés ?

La campagne de répartition du solde de la taxe d'apprentissage est arrivée à son terme. Cette 1re année d'utilisation de la plateforme SOLTéA a permis la collecte de près de 466,5 M€. Si 71 % des montants collectés ont fait l'objet d'un fléchage, qu'en est-il de la répartition des fonds non encore affectés ?

SOLTéA : quel fléchage pour les fonds collectés, mais non répartis ?

La première campagne d'utilisation de la plateforme numérique SOLTéA par les employeurs redevables du solde de la taxe d'apprentissage est désormais achevée !

Au titre du bilan, le ministère du Travail et du Plein Emploi rappelle que la mise en place de cette nouvelle procédure a permis la collecte de 466,5 M€ et donné lieu à 6 millions de fléchages par près de 620 000 employeurs.

Mais qu'en est-il des 132,5 M€ disponibles et qui restent encore à répartir entre les établissements ?

Le gouvernement avait décidé que ces sommes seraient versées aux établissements ayant perçu au titre de 2023 un montant inférieur à celui reçu en 2022.

Ainsi et par dérogation aux dispositions légales applicables, les sommes concernées seront redistribuées par la Caisse des dépôts et des consignations à ces établissements.

Un arrêté (non encore paru à ce jour) doit encore fixer le calendrier ainsi que les différentes modalités et informations requises pour permettre le versement de ces fonds.

Enfin, notez que s'il devait subsister un reliquat à l'issue de cette procédure, celui-ci sera réparti à parts égales entre tous les établissements habilités à le recevoir.

Taxe d'apprentissage : quel sort pour les fonds non affectés ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
21/02/2024

Droit au congé et arrêts maladie : un problème ?

Depuis le 13 septembre 2023, les dispositions légales relatives à l'acquisition des congés pendant une période de suspension du contrat de travail sont en partie privées d'effet, car non-conformes au droit de l'Union Européenne. Mais qu'en est-il de leur conformité à la Constitution ? Réponse du Conseil constitutionnel.

Droit au congé et arrêts maladie : l'avis du Conseil constitutionnel

Pour mémoire, les dispositions actuelles du Code du travail prévoient que l'absence consécutive à un accident de travail et / ou une maladie professionnelle n'est assimilée à du temps de travail pour l'acquisition des droits à congés payés que dans la limite d'une année d'absence ininterrompue.

De même, il est prévu que la durée de l'absence du salarié en raison d'une maladie non-professionnelle ne peut pas légalement être prise en compte au titre de l'acquisition des congés payés.

Or ces dispositions sont désormais privées d'effet par le juge, qui a récemment décidé de leur non-conformité au droit de l'Union Européenne (UE) qui consacre notamment le droit au repos.

Une question se pose alors : ces dispositions ne contreviennent-elles pas également à la Constitution française qui consacre, elle aussi, les droits au repos et à la santé ? Ne sont-elles pas contraires au principe d'égalité ?

Interrogé directement, le Conseil constitutionnel a décidé que les dispositions légales remises en question par le juge ne portent pas atteinte aux droits au repos, à la santé ou au principe d'égalité tels que consacrés par la Constitution et ce, pour 2 raisons.

D'abord parce que l'objectif du législateur était d'empêcher que le salarié victime d'un accident professionnel ne perde tout droit à congé durant cette période.

Ensuite parce la maladie professionnelle et l'accident du travail, qui trouvent leur origine dans l'exécution même du contrat de travail, se distinguent des autres maladies ou accidents pouvant affecter le salarié.

Ainsi, même si la loi est privée d'effet par le juge, elle reste conforme à la Constitution et ne sera pas censurée sur ce point.

Il appartient donc maintenant au législateur de se saisir de l'épineuse question de l'acquisition des congés payés pendant les périodes d'absence du salarié pour tirer les conclusions qui s'imposent de la récente décision du juge !

Droit au congé et arrêts maladie : un problème ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
16/02/2024

Obligation d'emploi des travailleurs handicapés : quand faire votre déclaration en 2024 ?

Les entreprises d'au moins 20 salariés doivent, en principe, déposer une déclaration annuelle relative à l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (DOETH). L'Urssaf vient d'annoncer les dates auxquelles elle notifiera le décompte des effectifs nécessaires à cette déclaration, au titre de l'année 2023…

DOETH : le calendrier de l'Urssaf dévoilé

Pour mémoire, les entreprises qui comptent plus de 20 salariés et qui n'embauchent pas de travailleurs handicapés à hauteur d'au moins 6 % de leur effectif sont redevables d'une contribution financière à l'Urssaf.

Ainsi, pour établir la déclaration relative à l'emploi des travailleurs handicapés (DOETH), les Urssaf et la MSA transmettent au plus tard le 15 mars de l'année suivant celle de l'obligation d'emploi (OETH) les informations utiles.

Parmi ces informations on retrouve :

  • l'effectif d'assujettissement ;
  • le nombre de personnes devant être employées au titre de l'OETH ;
  • le nombre de personnes employées à ce titre (hors salariés mis à disposition et groupements d'employeurs) ;
  • le nombre de salariés relevant d'un emploi exigeant des conditions d'aptitudes particulières.

Et justement ! Cette année l'Urssaf annonce qu'elle notifiera :

  • les effectifs de travailleurs handicapés 2023, nécessaires à l'établissement de la DOETH, le 15 mars 2024 ;
  • les effectifs de contrats favorisant l'insertion professionnelle de l'année 2023, pour les entreprises de 250 salariés et plus assujetties à la contribution supplémentaire à l'apprentissage, le 29 février 2024.

Cela signifie concrètement que la DOETH 2023 et le paiement de la contribution financière éventuellement due devront être réalisés via la DSN d'avril 2024.

Obligation d'emploi des travailleurs handicapés : quand faire votre déclaration en 2024 ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
16/02/2024

Évaluation des risques professionnels : un nouvel outil pour vous aider !

Tout employeur doit évaluer les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés. Cette obligation se matérialise par l'édition du document unique d'évaluation des risques professionnels (DUERP). Et justement ! Pour faciliter son élaboration, un nouvel outil, disponible gratuitement en ligne peut vous aider…

Évaluation des risques : un outil simple, interactif, gratuit et personnalisé !

Si la loi n'impose aucun formalisme particulier, toutes les entreprises doivent se doter d'un document unique d'évaluation des risques professionnels.

Pour faciliter sa conception, le site de l'Assurance Maladie ainsi que l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) proposent gratuitement un outil d'évaluation des risques professionnels adapté à chaque secteur d'activité.

Cet outil, qui prend la forme d'un questionnaire anonyme, est structuré à partir des situations les plus récurrentes dans une trentaine de secteurs d'activité différents.

Après avoir renseigné une adresse électronique ainsi qu'un mot de passe, cet outil vous permettra d'identifier et d'estimer chaque situation de risque professionnel et d'y associer un niveau de priorité, notamment au regard de la récurrence ou d'une éventuelle récurrence du risque.

Ensuite, il vous permettra d'établir un plan d'action afin de définir des solutions de prévention adaptées pour chaque risque professionnel.

Enfin, vous pourrez télécharger et imprimer 4 types de rapport :

  • un rapport texte récapitulant les situations de risques et mesures de prévention associées ;
  • un plan d'action reclassant par ordre de priorité toutes les mesures de prévention programmées ;
  • une vue d'ensemble des risques listant tous les risques identifiés, pour contrôler si les risques et mesures sont gérés correctement ;
  • une vue d'ensemble des mesures permettant de lister l'ensemble des mesures à mettre en œuvre afin d'assurer le suivi du plan d'action dans les 3 prochains mois.

Évaluation des risques professionnels : un nouvel outil pour vous aider ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
14/02/2024

Publication de l'Index égalité professionnelle : vous avez jusqu'au 1er mars 2024 !

Comme tous les ans, les entreprises et unités économiques et sociales (UES) d'au moins 50 salariés doivent publier au plus tard le 1er mars leur Index égalité professionnelle, destiné à apprécier l'écart salarial global entre les hommes et les femmes. Mais qu'en est-il lorsque la note globale obtenue est insuffisante ? Quelles sont les obligations qui s'imposent alors ? Tour d'horizon…

Egalité professionnelle : c'est l'heure du calcul…

Comme chaque année, les entreprises et unités économiques et sociales (UES) concernées doivent publier sur leur site internet, au plus tard le 1er mars, la note globale de l'Index égalité professionnelle obtenue (sur 100), ainsi que les différentes notes obtenues aux indicateurs qui la composent.

Concrètement, ces notes, ainsi que le détail de chaque indicateur, doivent être :

  • publiés sur le site internet de l'entreprise, consultable par le public ;
  • communiqués au CSE (comité sociale et économique), via la Base de données économiques, sociales et environnementales (BDESE) ;
  • transmis à l'inspection du travail, via la plateforme Egapro.

Toujours au 1er mars 2024 au plus tard, les entreprises qui ont obtenu une note globale inférieure à 85 sur 100 doivent fixer et publier des objectifs de progression pour chacun des indicateurs pour lesquels elles n'ont pas atteint la note maximale.

Si la note est inférieure à 75 sur 100, en plus des objectifs de progression, les entreprises devront également entamer des négociations avec les partenaires sociaux pour définir des mesures adéquates et pertinentes de correction et de rattrapage.

À défaut d'accord collectif, notez que l'employeur pourra fixer unilatéralement les objectifs de progression et mesures de correction. En tout état de cause, les objectifs de progression et mesures de correction doivent faire l'objet des mêmes modalités de publications et communication.

À toutes fins utiles, notez que l'autorité administrative met à disposition un simulateur-calculateur qui facilite l'obtention de vos résultats pour chaque indicateur, ainsi que pour la note globale.

Enfin, on rappellera que l'absence de publication des résultats et / ou d'application des mesures de correction ou des objectifs de progression, le cas échéant, est passible d'une pénalité financière qui peut s'élever jusqu'à 1 % de la masse salariale globale.

Publication de l'Index égalité professionnelle : vous avez jusqu'au 1er mars 2024 ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
13/02/2024

2024 : une nouvelle charte du cotisant contrôlé !

La charte du cotisant contrôlé vient d'être actualisée, remplaçant ainsi celle applicable depuis le 1er janvier 2022. Outre les modifications formelles, ce document opposable à l'Urssaf, fait état de nombreuses évolutions réglementaires qui impactent la procédure, mais pas que…

Charte du cotisant contrôlé : intégration du régime agricole

1re modification majeure : à l'instar du régime général, la Charte du cotisant contrôlé est désormais applicable au régime agricole.

Il en résulte que cette charte devient opposable aux caisses de mutualité sociale agricole (MSA) par les travailleurs du secteur agricole redevables du paiement des cotisations et contributions sociales.

Charte du cotisant contrôlé : actualisation de la procédure

Ensuite, la Charte du cotisant contrôlé 2024 prend acte de certaines modifications de la procédure qui concernent notamment :

  • l'allongement du délai de prévenance du contrôle de 15 à 30 jours ;
  • la réduction du délai de remboursement maximal lorsque le contrôle aboutit à une restitution ;
  • les modalités d'appréciation de la réitération d'une erreur ;
  • la procédure permettant le traitement automatisé de données et documents afin de limiter l'intervention des agents de contrôle dans l'entreprise ;
  • etc.

Notez que ces modifications sont déjà applicables, mais sont désormais formellement consignées dans la Charte du cotisant contrôlé à l'occasion de cette actualisation.

Charte du cotisant contrôlé : fin de l'expérimentation sur la durée et la limitation des contrôles

Conformément à la loi dite « Essoc », la charte du cotisant contrôlé tire les conséquences de la fin des expérimentations sur la limitation et la durée des contrôles.

Elle acte la fin de l'expérimentation qui consistait à limiter la durée globale des contrôles de toutes les administrations dans les entreprises de moins de 250 salariés sur 2 régions depuis le 1er décembre 2018.

Ensuite, elle pérennise la limitation à 3 mois de la durée du contrôle dans les entreprises de moins de 20 salariés et ce, que le contrôle s'effectue sur place ou sur pièces.

2024 : une nouvelle charte du cotisant contrôlé ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
12/02/2024

Entreprises adaptées : la date limite de prorogation des avenants financiers est fixée !

La loi dite « Plein Emploi » est venue pérenniser le dispositif, jusqu'alors expérimental, d'entreprise adaptée de travail temporaire. Pour mémoire, ces structures peuvent bénéficier d'une aide financière, révisée annuellement par la conclusion d'avenants financiers. Des avenants qui parfois doivent être prolongés. Jusqu'à quand ?

Une prorogation possible des avenants financiers jusqu'au 30 avril !

Pour rappel, les entreprises adaptées et structures d'insertion par l'activité économique peuvent bénéficier d'une aide financière.

Cette aide est révisée annuellement par la conclusion d'avenants financiers annuels. Pour assurer la continuité du versement et en l'absence de nouvel avenant financier, le Gouvernement a autorisé la prorogation de l'avenant conclu sur l'année précédente jusqu'à :

  • la conclusion d'un nouvel avenant ou ;
  • une date butoir qui restait encore à fixer par arrêté.

Un texte qui vient justement d'être publié ! Ainsi, la date butoir est fixée au 30 avril de l'année suivant celle sur laquelle porte le premier avenant financier. Par conséquent, passé cette date, le versement des aides financières sera suspendu jusqu'à la conclusion d'un nouvel avenant.

Notez toutefois qu'en l'absence de la conclusion d'un nouvel avenant avant le 30 septembre de l'exercice en cours, les aides qui auront été versées au titre de cette prorogation pourront faire l'objet d'un remboursement.

Entreprises adaptées : la date limite de prorogation des avenants financiers est fixée ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
09/02/2024

Focus sur le renouvellement dérogatoire du congé de présence parentale

Le salarié, parent d'un enfant malade, handicapé ou victime d'un accident grave qui rend indispensable une présence soutenue et des soins contraignants, a le droit, sous conditions, à un congé de présence parentale de 310 jours ouvrés au maximum sur 3 ans. Depuis 2021, il est exceptionnellement possible d'obtenir un renouvellement dérogatoire de ce congé. Sous quelles conditions ?

Un renouvellement toujours dérogatoire, mais facilité !

Depuis 2021, les salariés parents d'un enfant malade, handicapé ou victime d'un accident grave qui rend indispensable une présence soutenue et des soins contraignants peuvent obtenir un renouvellement dérogatoire du congé de présence parentale, lorsqu'ils ont atteint le nombre maximal de 310 jours d'absence avant l'expiration de la période de 3 ans.

Si l'employeur n'a pas l'obligation de rémunérer le salarié pendant son absence, celui-ci peut tout de même bénéficier d'une allocation journalière de présence parentale (dite « AJPP »), versée par les caisses d'allocations familiales (CAF).

Le Gouvernement vient de préciser la marche à suivre pour le salarié qui souhaite bénéficier de ce renouvellement dérogatoire.

D'abord, le salarié qui formule la demande de renouvellement de ce congé à son employeur n'est plus tenu d'y joindre l'avis favorable rendu par le service du contrôle médical. Seul le nouveau certificat médical de l'enfant, attestant du caractère indispensable de la présence parentale soutenue, continue à être obligatoire.

Ensuite, lorsque le renouvellement de l'AJPP est demandé avant le terme de la période de 3 ans, le salarié doit impérativement adresser au service de contrôle médical de la CAF le nouveau certificat médical détaillé, sous pli fermé.

Si l'accord du service de contrôle médical est toujours requis, celui-ci n'a plus nécessairement à être explicite. En d'autres termes, le silence gardé par le service de contrôle médical jusqu'au dernier jour du 2e mois civil qui suit la réception du pli vaut désormais acceptation du renouvellement de l'AJPP.

Focus sur le renouvellement dérogatoire du congé de présence parentale - © Copyright WebLex

En savoir plus...
08/02/2024

Calcul des cotisations et contributions sociales : et à compter du 1er janvier 2025 ?

Aujourd'hui, et sauf dérogations, les taux et plafonds applicables pour le calcul des cotisations sociales sont ceux qui existent au cours de la période de travail au titre de laquelle les rémunérations sont dues. Le Gouvernement vient de clarifier le dispositif applicable pour le calcul des cotisations et contributions pour les revenus d'activité versés à partir du 1er janvier 2025. Focus.

Le maintien du principe de rattachement à la période d'activité

Pour les sommes versées à compter du 1er janvier 2025, le principe de rattachement à la période d'activité pour le calcul des cotisations sociales demeure.

Toutefois, il est désormais formellement précisé que les contributions sociales sont, à l'instar des cotisations sociales, également concernées par ce principe de rattachement à la période d'activité.

Des dérogations précisées

Le texte récemment publié reprend et précise les dérogations à ce principe de rattachement pour certaines sommes.

Concernant les revenus dus au titre d'une période précédente et régulièrement versés en même temps que les revenus dus au titre d'une période postérieure, les règles de calcul applicables seront celles de la période de versement.

Ensuite, pour les éléments de rémunération habituellement versés selon une périodicité différente en raison de dispositions conventionnelles ou légales (par exemple, les primes conventionnelles ou les indemnités de congés payés), les règles applicables seront celles du mois de versement.

Enfin, s'agissant des éléments de rémunération ayant une périodicité différente du mois et versés après la fin de la relation de travail, il sera fait application des règles en vigueur au cours du mois de la dernière période d'activité rémunérée.

Retenez que des précisions sont apportées concernant la situation des rappels de salaires amiables. Dans ce cas, à l'instar des rappels de salaires judiciaires, les règles applicables au calcul des cotisations et contributions sociales sont celles en vigueur lors de la période de travail concernée.

Ces précisions s'appliqueront pour les sommes versées à partir du 1er janvier 2025.

Calcul des cotisations et contributions sociales : et à compter du 1er janvier 2025 ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
07/02/2024

Loi « « immigration » : et du côté des sanctions ?

La loi pour contrôler l'immigration et améliorer l'intégration a été publiée ! Si de nombreuses dispositions ont été censurées par le Conseil constitutionnel, le volet relatif au travail des salariés étrangers demeure. Dans ce cadre, les sanctions applicables aux employeurs qui ne respectent pas les règles relatives à l'embauche des salariés étrangers font l'objet d'une refonte : quelles sont ces nouvelles sanctions ?

Une nouvelle amende administrative …

Jusqu'alors, l'embauche d'un travailleur étranger sans titre de travail était sanctionnée par l'obligation de verser une contribution spéciale et une contribution forfaitaire à l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII).

Désormais, ces contributions sont remplacées par une nouvelle amende administrative qui sera prononcée par le ministre en charge de l'immigration, eu égard aux procès-verbaux et aux rapports établis par les agents de contrôle.

Comme auparavant, cette amende sera prononcée en cas d'embauche d'un étranger sans titre de travail.

Nouveauté : elle pourra aussi être infligée en cas d'embauche d'un étranger ayant un titre de travail dans une catégorie professionnelle, une profession ou une zone géographique autre que celle qui y est expressément mentionnée.

Cette amende est plafonnée à 5 000 fois le taux horaire du salaire minimum garanti par travailleur étranger concerné.

En cas de réitération, elle pourra être majorée, avec un plafond fixé à 15 000 fois le taux horaire du salaire minimum garanti.

Notez que ces nouvelles dispositions restent subordonnées à la publication d'un décret, non encore paru à ce jour.

Précisons enfin que si cette amende administrative est cumulable avec la sanction pénale pour l'emploi d'un étranger non-autorisé à travailler, le montant global des sanctions ne peut jamais dépasser le montant le plus élevé des sanctions encourues.

… et un renforcement de l'amende pénale existante

Jusqu'à présent, seul le fait d'occuper directement ou indirectement un étranger en situation irrégulière était susceptible de tomber sous la qualification pénale d'emploi d'étranger non-autorisé à travailler.

Désormais, le champ d'application de l'infraction est étendu puisqu'il en va de même lorsque le travailleur étranger est occupé dans une catégorie professionnelle, une profession ou une zone géographique autre que celle mentionnée sur son titre de travail.

Dans ce cas, le montant de l'amende encourue est désormais fixé à 30 000 € par étranger concerné pour l'employeur personne physique et à 150 000 € pour l'employeur personne morale.

Notez enfin que lorsque l'infraction est commise en bande organisée, ces amendes pénales pourront être réhaussées.

Loi « « immigration » : et du côté des sanctions ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 > >>