Le coin du dirigeant

Bandeau général
15/04/2024

Réduction d'impôt pour dons : sociétés = associations ?

Les sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) ont pour objet la fourniture de biens et de services d'intérêt collectif qui présentent un caractère d'utilité sociale. Dans ce cadre, leur activité peut être non lucrative. D'où la question d'un député qui se demande si les dons effectués à leur profit permettent de bénéficier de la réduction d'impôt pour dons…

Dons au profit des SCIC = réduction d'impôt ?

Les dons réalisés par un particulier au profit d'un organisme d'intérêt général peuvent, toutes conditions remplies, ouvrir droit à une réduction d'impôt sur le revenu (IR) dite « réduction d'impôt pour dons ».

Une question se pose alors : les sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) peuvent-elles être considérées comme un « organisme d'intérêt général » ?

Pour rappel, les SCIC ont pour objet la fourniture de biens et de services d'intérêt collectif qui présentent un caractère d'utilité sociale. Dans ce cadre, elles peuvent avoir une activité lucrative ou non lucrative.

Un député demande donc au Gouvernement si les SCIC dont l'activité n'est pas lucrative peuvent être considérées comme un « organisme d'intérêt général » éligible à la réduction d'impôt pour dons.

Les SCIC étant à mi-chemin entre la société et l'association, il demande, en outre, si l'absence de lucrativité pourrait être recherchée par application d'un raisonnement en 3 étapes, à l'instar de celui existant pour les associations, qui consiste :

  • à s'interroger sur la gestion intéressée ou non de la SCIC ;
  • si la réponse est négative, à regarder si la SCIC est en concurrence avec des entreprises du secteur marchand ;
  • et si la réponse est positive, à vérifier si la SCIC exerce dans des conditions similaires à celles des entreprises.

Interrogé, le Gouvernement rappelle que les SCIC sont des sociétés anonymes (SA), des sociétés par actions simplifiée (SAS) ou encore des sociétés à responsabilité limitée (SARL) à capital variable qui, selon la loi fiscale, ont un caractère lucratif en raison de leur forme juridique, quelle que soit la nature de leurs activités.

En conclusion : non, les dons et versements au profit des SCIC ne sont pas éligibles à la réduction d'impôt pour dons puisque ces sociétés présentent un caractère lucratif à raison de leur forme juridique.

Sources :

Réduction d'impôt pour dons : sociétés = associations ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
10/04/2024

Débroussaillement 2024 : de nouvelles précisions…

Avant que la chaleur ne revienne, votre jardin est-il débroussaillé ? Il s'agit, en effet, d'une obligation incombant aux propriétaires afin d'éviter les incendies ou d'en limiter les conséquences. Mais attention, car de nouvelles règles ont été mises en place. Revue de détails.

Renforcer le débroussaillement des territoires

Pour rappel, le débroussaillement consiste à réduire la masse des végétaux, et donc de combustibles, sur un terrain, en créant des discontinuités dans la végétation. Cette opération permet d'éviter les départs de feu, de limiter la propagation des incendies, d'assurer aux pompiers en intervention un accès sécurisé et de protéger son habitation en cas d'incendie.

Il existe une obligation légale de débroussaillement (OLD) pour les territoires de :

  • la Corse ;
  • la Provence-Alpes Côte-d'Azur ;
  • l'Occitanie ;
  • la Nouvelle-Aquitaine, à l'exception de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne ;
  • la Drôme ;
  • l'Ardèche.

En principe, sauf exception décidée par le préfet, toutes les communes de ces territoires sont concernées. Pour le reste de la France métropolitaine et ultra-marine, l'OLD s'applique dans les massifs désignés par le préfet, augmentés d'un rayon de 200 mètres.

En cas de doute, n'hésitez pas à vous référer à la carte indiquant le zonage des OLD, disponible ici, et à vous renseigner auprès de votre mairie ou de la préfecture pour savoir si des règles particulières ont été mises en place.

Avant les grosses chaleurs et les risques d'incendie, les pouvoirs publics ont précisé la règlementation.

Accord tacite

Le propriétaire  d'un fonds devant être débroussaillé est informé de son obligation par tout moyen. Lorsqu'il n'est pas identifié, un avis est affiché en mairie pendant un mois, un mois avant le début de la période de débroussaillement. Cet avis doit comporter :

  • la période et les modalités de mise en œuvre prévues pour le débroussaillement ;
  • une estimation du montant des frais de travaux et des frais annexes associés ;
  • la possibilité d'accepter ou de refuser par écrit cette action dans un délai d'un mois à compter de la notification ou du début de l'affichage ;
  • un rappel qu'en cas de refus, le propriétaire conserve la charge du débroussaillement ou du maintien en l'état débroussaillé.

Si le propriétaire ne répond pas, qu'il soit connu ou non, il est réputé avoir donné son accord pour que soit réalisé le débroussaillement.

Changement de propriétaire

Le cédant d'un immeuble ayant une obligation de débroussaillement ou de maintien de l'état débroussaillé doit fournir, dans le cadre de la vente, une attestation sur l'honneur indiquant que ses obligations sont bien respectées.

Urbanisme

Notez que les pouvoirs publics ont harmonisé un certain nombre de règles d'urbanisme. Renseignez-vous donc auprès de votre mairie ou de la préfecture pour avoir connaissance des éventuelles modifications.

Débroussaillement 2024 : de nouvelles précisions… - © Copyright WebLex

En savoir plus...
09/04/2024

Prêts à taux zéro (PTZ) et éco-PTZ 2024 : on reprend (quasi) les mêmes et on recommence !

Pour rappel, l'éco-prêt à taux 0, ou éco-PTZ, est une avance remboursable sans intérêt qui permet de financer les travaux de rénovation énergétique des logements. Le prêt à taux zéro (PTZ) permet, quant à lui, d'aider les primo-accédants à acheter leur résidence principale. Ces dispositifs, toujours applicables, ont fait l'objet de quelques modifications. Revue de détails.


Éco-PTZ : on ne change pas une équipe qui gagne…

Pour rappel, la loi de finances pour 2024 a prorogé le dispositif de l'éco-prêt à taux 0, ou éco-PTZ, jusqu'au 31 décembre 2027. Un texte devait intervenir pour apporter quelques modifications sur ce prêt. C'est maintenant chose faite !

Si le dispositif ne change pas fondamentalement, quelques ajustements sont à noter.

D'une part, la liste des organismes pouvant consentir ce type de prêts a été élargie. Vous pourrez donc toujours faire une demande auprès des établissements de crédit, des sociétés de financement, mais vous pourrez aussi vous rapprocher des sociétés de tiers-financement.

Le mécanisme du tiers-financement consiste à faire financer les travaux par un tiers, qui gère l'opération, de la conception des travaux jusqu'à leur réalisation, financement inclus.

D'autre part, les plafonds du prêt ont été revalorisés à 50 000 € pour :

  • les travaux permettant d'améliorer la performance énergétique du logement et ayant ouvert droit à une aide accordée par l'Agence nationale de l'habitat (Anah) au titre de la lutte contre la précarité énergétique (l'ancien plafond était de 20 000 €) ;
  • les travaux d'amélioration de la performance énergétique du logement ayant ouvert droit à MaPrimeRénov' (l'ancien plafond était de 30 000 €).

PTZ : un recentrage pour 2024…

Pour rappel, le prêt à taux zéro (PTZ) permet de soutenir financièrement les personnes qui achètent leur première résidence principale (primo-accédants), dès lors que toutes les conditions requises sont réunies.

Ce dispositif a été prorogé par la loi de finances pour 2024 jusqu'au 31 décembre 2027. De la même manière que pour l'éco-PTZ, quelques ajustements ont été faits, notamment en matière de plafonds de ressources (revalorisation des plafonds existants et création de nouvelles tranches).

Notez que ce dispositif a également été recentré sur l'acquisition :

  • de logements neufs collectifs en zone tendue ;
  • de logements anciens avec travaux de rénovation énergétique en zone détendue.

Enfin, les aides pour les locataires de logements sociaux ont été revues à la hausse.

En savoir plus...
05/04/2024

Impôts : un peu de discrétion…

Il est possible, sous conditions, d'obtenir des renseignements sur les impôts dus par les personnes domiciliées dans son département. Mais parce que ces informations, bien que publiques, restent très personnelles, leur communication est encadrée. Dans ce cadre, le Gouvernement est venu resserrer la liste des données consultables, notamment pour éviter leur détournement.

Resserrer l'information pour éviter les usages détournés

Pour rappel, il vous est possible d'obtenir un certain nombre de renseignements sur l'impôt dû par une personne, sous réserve que vous soyez domicilié fiscalement dans le même département et que vous dépendiez de la même direction départementale des finances publiques.

L'administration fiscale tient en effet à disposition des personnes de leur ressort la liste des assujettis à l'impôt sur le revenu ou à l'impôt sur les sociétés.

Si ce principe d'accès à l'information n'est pas remis en question, le Gouvernement est venu en revanche resserrer les données susceptibles d'être communiquées.

Depuis le 30 mars 2024, il n'est plus possible d'obtenir l'adresse d'une personne ni son revenu imposable. Cette dernière donnée a été remplacée par le revenu fiscal de référence. En revanche, vous pourrez toujours obtenir :

  • le nom et la première lettre du prénom de la personne ;
  • le nombre de parts correspondant à sa situation et à ses charges de famille ;
  • le montant de l'impôt mis à sa charge.

Notez qu'il vous faut toujours vous déplacer à la direction départementale des finances publiques dont vous dépendez et faire une demande écrite dans laquelle vous vous engagez à ne pas communiquer ces informations.

La publication ou la diffusion de ces informations exposent, en effet, à une amende du montant de l'impôt dévoilé et, le cas échéant, à des poursuites pénales.

Impôts : un peu de discrétion… - © Copyright WebLex

En savoir plus...
04/04/2024

Revalorisation du RSA : quelle conséquence en cas de saisie sur salaire ?

Afin de soutenir les ménages les plus modestes et leur permettre de faire face à l'inflation persistante, le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités communique sur la revalorisation de plusieurs prestations sociales et familiales au 1er avril 2024. Une revalorisation qui a un impact direct sur la part insaisissable des rémunérations. Explications.

Une revalorisation du RSA applicable depuis le 1er avril 2024

Pour rappel, dans le cadre d'une saisie sur rémunération, la loi oblige à laisser à disposition du salarié une somme dite « absolument insaisissable ».

Cette fraction correspond au montant forfaitaire du revenu de solidarité active (RSA) pour un allocataire seul.

Et justement ! Le Gouvernement nous fait savoir que ce montant forfaitaire a fait l'objet d'une revalorisation à hauteur de 4,6 % (par rapport à 2023).

Ainsi, depuis le 1er avril 2024, le montant forfaitaire du RSA pour une personne seule est de 635,71 €.

En conséquence, la part absolument insaisissable s'élève elle aussi désormais à 635,71 €, contre 607,75 € jusqu'alors.

Attention : si ce montant est revalorisé en France et dans les départements d'Outre-mer, notez qu'il diffère à Mayotte où il s'élève désormais à 317,86 €.

Notez que cette revalorisation à hauteur de 4,6 % concerne également d'autres prestations sociales, telles que la prime d'activité, l'allocation aux adultes handicapés ou encore l'allocation de solidarité spécifique…

Revalorisation du RSA : quelle conséquence en cas de saisie sur salaire ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
03/04/2024

Pacte Dutreil : à la chasse aux indices !

Un particulier hérite des actions d'une société et demande à bénéficier de l'exonération partielle de droits d'enregistrement liée à la mise en place d'un pacte Dutreil. Ce que l'administration fiscale refuse, estimant que l'activité principale de la société est de nature civile. « Faux ! », selon l'héritier qui indique que la « raison d'être » historique de la société est commerciale. Qu'en pense le juge ?

Pacte Dutreil : quelle est l'activité principale de la société ?

À l'occasion de la transmission de parts de société, des droits d'enregistrement sont généralement dus.

Toutefois, il existe certains dispositifs permettant de réduire le montant de ces droits, parmi lesquels le « pacte Dutreil ».

Schématiquement, ce pacte permet, toutes conditions remplies de bénéficier d'une exonération de droits d'enregistrement à concurrence des ¾ de la valeur des titres transmis et ce, sans limitation de montant.

Plus simplement, seuls 25 % de la valeur des titres transmis sera soumise à l'impôt.

Parmi les conditions à remplir, la société dont les titres sont transmis doit être une société «opérationnelle », c'est-à-dire qu'elle doit exercer, de manière prépondérante, une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale.

Vous l'aurez compris, si la société exerce de manière prépondérante une activité dite « civile », il ne sera pas possible de mettre en place un pacte Dutreil et donc, de bénéficier de l'avantage fiscal correspondant.

Mais qu'en est-il des entreprises qui exercent à la fois une activité « opérationnelle » et une activité civile ? Dans ce cas de figure, comment apprécier la prépondérance de l'activité ?

Dans une affaire récente, suite au décès de son père, un particulier hérite des actions d'une société anonyme (SA) qui exerce une activité commerciale d'exploitation de galerie d'art et d'édition de livres d'art, ainsi qu'une activité civile consistant à donner en location une partie de son patrimoine immobilier.

Parce qu'il estime que toutes les conditions sont remplies, l'héritier demande à bénéficier de l'avantage fiscal lié au pacte Dutreil… Ce que lui refuse l'administration, qui constate que l'activité civile est ici prépondérante. Et pour preuves :

  • la location du patrimoine immobilier de la SA représente plus de 80 % de son chiffre d'affaires ;
  • cette activité correspond à plus de 65 % de la valeur de ses actifs.

« Insuffisant ! », estime l'héritier qui rappelle que la prépondérance de l'activité de la SA doit être appréciée en tenant compte d'un faisceau d'indices déterminés d'après la nature de l'activité et les conditions de son exercice. Ce que l'administration fiscale n'a pas fait ici...

Or force est de constater que :

  • 47 % de la surface de l'immeuble est affectée à l'activité commerciale de la SA ;
  • les recettes commerciales et locatives ont principalement été affectées au financement de l'activité commerciale ;
  • l'activité locative a uniquement permis de faire perdurer l'activité commerciale de la SA qui est depuis des décennies sa « raison d'être ».

Partant de là il est clairement établi que l'activité principale de la SA est de nature commerciale, maintient l'héritier, ce qui lui permet de bénéficier de l'exonération demandée.

« Faux ! », estime l'administration, qui constate que :

  • la « raison d'être » historique de la SA est certes commerciale, mais qu'il convient de déterminer le caractère prépondérant de l'activité de la société au moment du fait générateur de l'impôt. Or ici, c'est bel et bien l'activité locative qui est dominante à cette date ;
  • la valeur des locaux dédiés à l'activité commerciale est nettement inférieure à celle des locaux loués ou vacants ;
  • l'affectation des recettes de la SA à l'activité commerciale est un choix de gestion. Pour déterminer la nature de l'activité de la société, ce n'est pas l'affectation des recettes qui doit être prise en compte, mais l'origine des recettes. Et dans cette affaire, l'activité commerciale est déficitaire contrairement à l'activité locative.

Partant de là il est clairement établi que l'activité principale de la SA est de nature civile, maintient l'administration. L'avantage fiscal du pacte Dutreil ne peut qu'être refusé.

Ce que confirme le juge, qui donne raison à l'administration.

Sources :
  • Arrêt de la Cour d'appel de Versailles du 12 mars 2024 , no 23/01551 (NP)

Pacte Dutreil : à la chasse aux indices ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
02/04/2024

Impôt et rémunération de gérance : avant l'heure, ce n'est pas l'heure !

Parce qu'il perçoit des rémunérations au titre de ses fonctions de gérant au sein de 3 sociétés, un dirigeant déclare ces sommes sur ses déclarations d'impôt sur le revenu. Sauf que le montant déclaré n'est manifestement pas le bon, conteste l'administration… À tort ou à raison ?

Imposition des rémunérations de gérance : une question de mise à disposition

Au cours d'un contrôle, l'administration fiscale constate que les rémunérations versées au gérant de 3 sociétés à responsabilité limitée (SARL) sont supérieures aux montants qu'il a lui-même déclaré dans ses déclarations d'impôt sur le revenu (IR) personnelles.

Ce qui lui vaut un redressement fiscal…

Qu'il refuse de payer, en partie du moins ! Pourquoi ? Parce que le montant des rémunérations retenu par l'administration fiscale ne correspond pas au montant réel des rémunérations dont il a eu la disposition au cours des années litigieuses.

Sauf que ce montant est pourtant bel et bien celui qui figure dans les déclarations de résultats et les écritures comptables des 3 SARL, constate l'administration.

Mais si les montants évoqués par l'administration fiscale sont effectivement ceux qui figurent dans les déclarations de résultats et les écritures comptables des 3 sociétés, ce ne sont pas ceux qu'il faut retenir, maintient le gérant.

Les montants qui doivent être pris en compte sont ceux qui figurent sur les procès-verbaux des assemblées générales (AG) des associés des SARL... Des AG qui sont intervenues postérieurement aux dates de clôture des exercices comptables concernés…

Ce que confirme le juge : les rémunérations en cause doivent être imposées l'année de leur mise à disposition… qui peut être distincte de l'année de clôture des exercices comptables, comme c'est le cas ici !

Impôt et rémunération de gérance : avant l'heure, ce n'est pas l'heure ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
29/03/2024

Salarié détaché à l'étranger : tout travail mérite « exonération fiscale » ?

Détaché à l'étranger par son employeur français en vue de prospecter le marché commercial de la location d'avions, un salarié estime pouvoir bénéficier de l'exonération d'impôt sur le revenu prévue en pareille situation. Une position que ne partage pas l'administration fiscale… Mais qu'en pense le juge ?

Salarié envoyé à l'étranger : à qui profite la prospection ?

Un particulier signe un contrat de travail avec une entreprise établie en France, elle-même détenue par une société américaine, en vue de prospecter le marché commercial de la location d'avions à l'étranger.

Une situation qui selon lui, lui permet de bénéficier d'une exonération d'impôt sur le revenu (IR) au titre des salaires perçus dans le cadre de cette activité… Mais pas selon l'administration fiscale, qui lui refuse le bénéfice de cet avantage.

« Pourquoi ? », s'étonne le salarié qui rappelle que les salariés envoyés à l'étranger par un employeur établi en France pour exercer une activité de prospection commerciale pendant plus de 120 jours par an peuvent bénéficier d'une exonération d'IR à raison des salaires perçus en rémunération de cette activité.

Et toutes les conditions requises pour bénéficier de ce dispositif sont ici remplies, maintient le salarié. Pour preuves :

  • son employeur est domicilié en France ;
  • son activité salariée consiste à prospecter, à l'étranger, un marché commercial ;
  • sa mission à l'étranger a duré plus de 120 jours au cours d'une période de 12 mois consécutifs.

Sauf qu'une condition essentielle fait pourtant défaut, constate l'administration : si le salarié a effectivement été envoyé à l'étranger pour exercer une activité de prospection, cette activité a uniquement pour but de développer l'activité de location d'avions commerciaux de la société américaine… et non celle de l'entreprise française.

Ce que confirme le juge : l'exonération d'IR s'applique uniquement si l'activité du salarié a pour but d'assurer le développement des activités ou des marchés à l'étranger d'un employeur français.

L'exonération d'impôt réclamée est donc ici refusée !

Sources :
  • Arrêt du Conseil d'État du 15 mars 2024, no 464216 (NP)

Salarié détaché à l'étranger : tout travail mérite « exonération fiscale » ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
26/03/2024

Les plateformes numériques utiles aux automobilistes !

En 2024, les usagers de la route vont devoir « numériser » leurs pratiques. Entre consultation des points et preuve de l'assurance obligatoire, faisons le point sur ces nouveaux outils.

Quand la numérisation trace sa route !

Assurance

Pour rappel, à partir du 1er avril 2024, vous n'aurez plus besoin, pour prouver que votre véhicule est assuré, de détenir la carte verte de votre assurance ni d'apposer le « papillon vert » sur votre pare-brise.

La vérification de votre assurance se fera systématiquement via le Ficher des Véhicules Assurés (FVA). Vous pouvez d'ailleurs vérifier que votre véhicule est bien répertorié en vous rendant sur le portail dédié, disponible ici.

Pour information, l'impression et l'envoi des cartes vertes représentent 1 200 tonnes de CO2 par an…

Points de permis de conduire

Parmi les portails numériques avec lesquels les conducteurs vont devoir s'habituer à vivre, on trouve la plateforme « MesPointsPermis ». Cette dernière vient de faire l'objet d'une mise à jour : les utilisateurs peuvent maintenant consulter le relevé intégral des informations relatives à leur permis.

Une information plus complète que le simple solde de points à l'instant T…

Les plateformes numériques utiles aux automobilistes ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
25/03/2024

Modalités de paiement de l'impôt : un choix (ir)révocable ?

Au décès d'une personne, dans certaines hypothèses, ses héritiers peuvent choisir de différer le paiement des droits de succession dus et ainsi, devoir s'acquitter (ou non) d'intérêts au profit du Trésor. Sauf qu'une fois qu'un choix a été effectué, l'administration fiscale ne semble pas apprécier les volte-face… Cas vécu.

Paiement des droits de succession : choisir, c'est renoncer…

Un homme décède, laissant pour lui succéder son épouse et leurs 2 fils. Pour rappel, lorsque les enfants sont tous communs au couple, le conjoint survivant a le droit de choisir entre :

  • l'usufruit de la totalité de la succession, laissant aux enfants la nue-propriété ;
  • un quart de la succession en pleine propriété.

Une personne ayant la pleine propriété d'un bien a le droit de l'utiliser, le louer, le détruire, le modifier, le vendre ou le donner. Quant à l'usufruit, il s'agit, schématiquement, des droits de profiter du bien et d'en tirer des fruits (les loyers notamment lorsqu'il est placé en location).

Dans cette affaire, l'épouse survivante choisit l'usufruit de la succession. Ces fils se partagent donc la nue-propriété. Se pose alors pour eux la question du paiement des droits de succession.

Pourquoi ? Parce qu'ils ont la possibilité d'aménager le paiement de l'impôt. Concrètement, ils ont le choix entre :

  • 1re option : payer des droits de succession calculés sur la valeur de la nue-propriété, avec application d'intérêts ;
  • 2e option : payer des droits de succession calculés sur la valeur de la pleine propriété, sans intérêt.

Les 2 fils choisissent la 2e option, ce que l'administration fiscale accepte… avant de changer d'avis ! Ils demandent, finalement, à bénéficier de la 1re option.

Ce que l'administration refuse : les 2 frères ont déjà fait un choix et il est irrévocable !

« Non ! », contestent les fils : la loi n'indique nulle part que le choix entre les 2 modalités de paiement est irrévocable !

« Irrévocable », confirme pourtant le juge, qui précise que cette règle n'est pas un avantage fiscal, mais une modalité de paiement de l'impôt. Par conséquent, ayant déjà fait un choix, les 2 fils ne peuvent pas changer d'avis !

Modalités de paiement de l'impôt : un choix (ir)révocable ? - © Copyright WebLex

En savoir plus...
20/03/2024

Tests génétiques : quand une entreprise en sait plus sur vous qu'elle ne le dit

Les offres de tests génétiques vendus sur internet se multiplient et gagnent en popularité. Mais derrière les promesses commerciales qui sont faites, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) attire l'attention des consommateurs sur les risques que ces tests peuvent représenter…


Tests génétiques : savoir d'où on vient, mais pas où on va…

De plus en plus de personnes achètent les services de société qui leur promettent de pouvoir retracer leur généalogie ou leurs origines ethniques par le biais de tests génétiques.

Pour se faire, elles commandent sur internet un kit de prélèvement grâce auquel elles pourront fournir à l'entreprise un échantillon de leur ADN. Une fois cet échantillon analysé, les clients reçoivent un dossier avec leurs résultats.

Cependant, comme le souligne la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), derrière l'aspect « récréatif » de ces tests génétiques se cachent également des enjeux de grande importance que les clients de ces entreprises ne devraient pas ignorer.

Comme le rappelle la CNIL, en France, les tests génétiques ne sont possibles que dans des cas limités, à savoir :

  • les enquêtes judiciaires ;
  • les prises en charge médicales ;
  • la recherche.

Il faut donc comprendre qu'en achetant ces tests récréatifs, les clients envoient nécessairement leurs données génétiques vers des pays étrangers.

Des données qui disent, sur les personnes concernées et sur leurs proches, bien plus que ce que l'on peut s'imaginer de prime abord. Les entreprises qui reçoivent ces données peuvent ainsi en apprendre beaucoup concernant les origines de leurs clients, mais également leur état de santé.

De quoi se constituer des bases de données sensibles présentant une grande valeur…

Ceci combiné au fait que ces structures se situent à l'étranger, le risque de divulgation et de perte de contrôle des données est loin d'être négligeable.

C'est pourquoi la CNIL rappelle qu'en cas de manquements, elle peut infliger des amendes à ces sociétés, quand bien même elles ne sont pas françaises.

En savoir plus...
18/03/2024

PACS : qui dit imposition commune, dit vie commune !

Parce qu'il est lié à sa compagne par un PACS, un particulier souscrit sa déclaration d'impôt en rattachant sa partenaire et leur fille à son foyer fiscal. Une imposition commune que conteste l'administration fiscale. Surprenant pour le particulier : qui dit PACS, dit imposition commune… Qu'en pense le juge ?

PACS + séparation de biens + absence de vie commune = déclaration séparée !

Parce qu'il est lié par un pacte civil de solidarité (PACS) sous le régime de la séparation de biens, un particulier, qui réside à Mayotte, souscrit sa déclaration d'impôt sur le revenu en incluant au sein du foyer fiscal sa partenaire et leur fille.

Sauf qu'au titre de la même année, cette partenaire, qui réside en métropole, dépose de son côté une déclaration d'impôt sur le revenu en tant que parent isolé.

Une situation qui interroge l'administration fiscale, qui rappelle que si les partenaires liés par un PACS doivent souscrire une déclaration d'impôt sur le revenu commune, il en va autrement lorsque, séparés de biens, ils ne vivent pas sous le même toit.

Ce qui est le cas ici, constate l'administration qui, en conséquence, considère le particulier comme célibataire sans enfant à charge. Un statut qui lui fait perdre des parts de quotient familial et qui permet à l'administration de lui réclamer un supplément d'impôt… qu'il refuse de payer.

Et pour cause ! S'ils sont bel et bien liés par un PACS sous le régime de la séparation de biens et si sa partenaire et sa fille sont restées en métropole alors que lui-même réside à Mayotte, c'est seulement pour des raisons professionnelles.

Ce qui reste à prouver, maintient l'administration : aucun élément ne permet de justifier que l'absence de communauté de vie est temporaire et serait seulement liée à l'activité professionnelle du particulier. D'autant que le PACS a finalement été dissous l'année où les déclarations litigieuses ont été déposées.

Partant de là, les deux partenaires qui étaient séparés de biens et ne vivaient pas sous le même toit devaient souscrire 2 déclarations individuelles. Ce que confirme le juge.

Sauf qu'il reste encore à régler le problème de la charge de l'enfant, souligne le particulier, qui prétend assumer :

  • les frais d'électricité et d'eau se rattachant à l'appartement qui lui appartient et dans lequel sa partenaire et leur fille vivent ;
  • le coût des travaux réalisés dans cet appartement ;
  • la redevance assainissement ;
  • les frais de demi-pension à l'école de sa fille et l'assurance civile de celle-ci.

Insuffisant, selon le juge : ces éléments ne suffisent pas à établir que le particulier assume à titre principal l'entretien de sa fille qui réside avec sa mère en métropole tandis que lui réside à Mayotte.

C'est donc à bon droit que l'administration fiscale a rectifié l'avis d'imposition du particulier en refusant le rattachement de sa fille à son foyer fiscal.

PACS : qui dit imposition commune, dit vie commune ! - © Copyright WebLex

En savoir plus...
 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 > >>