La petite histoire du jour

Bandeau général
16/02/2024

C'est l'histoire d'un dirigeant adepte de la convivialité dans les relations d'affaires…

À l'occasion d'un contrôle fiscal, l'administration se penche sur les frais de restaurant du dirigeant pris en charge par son entreprise et constate, à la lecture des factures, des « menus enfants » et des frais payés le week-end. Des dépenses d'ordre « personnel » manifestement, non déductibles…

… et, de ce fait, imposables au nom du dirigeant, estime l'administration. Des dépenses « personnelles » en apparence, mais en réalité « professionnelles », conteste le dirigeant : ces frais correspondent à des invitations de partenaires d'affaires. Et si elles sont organisées le week-end, en présence des conjoints et des enfants, c'est pour les rendre plus conviviales…

Mais qui confirment l'apparence de dépenses d'ordre purement personnel, puisque les factures produites, lorsqu'il y en a, ne suffisent ni à établir le caractère professionnel des frais en question, ni à prouver qu'ils ont été engagés dans l'intérêt de l'entreprise, constate aussi le juge… qui confirme le redressement fiscal !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
09/02/2024

C'est l'histoire d'un employeur pour qui la pilule a du mal à passer…

Lors d'un séjour professionnel à l'étranger, un salarié contracte une maladie tropicale après avoir bu l'eau du robinet, l'obligeant à rentrer. Estimant que son employeur n'a pas fait le nécessaire pour l'informer des risques à boire cette eau, le salarié réclame des dommages-intérêts…

Pourtant, il est notoire que l'eau de ville dans ce pays n'est pas potable, lui rétorque l'employeur qui rappelle qu'il lui a tout de même fourni du matériel de filtration : pour lui, le salarié a manqué à une obligation de prudence élémentaire… Sauf que le matériel de filtration était défectueux, de sorte que l'employeur lui a fait boire de l'eau mal filtrée à l'origine de son infection. Employeur qui l'a, en outre, laissé livré à lui-même malade, conteste le salarié, sans lui porter aide ou assistance et organiser son rapatriement…

Ce que reconnaît le juge pour qui l'employeur n'a pas pris toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé du salarié… à qui il donne raison !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
02/02/2024

C'est l'histoire d'un locataire qui estime que son bailleur met la charrue avant les bœufs…

Le locataire d'un appartement voit son bailleur résilier son bail. Parce qu'ils ne se sont pas mis d'accord sur l'état des lieux de sortie, le bailleur décide de faire appel à un commissaire de justice. Une intervention qui implique des coûts, mais qui doivent être partagés, rappelle-t-il…

Un partage que le locataire refuse de payer : il rappelle que le bailleur doit le prévenir au moins 7 jours à l'avance lorsqu'il fait appel à un commissaire de justice pour réaliser l'état des lieux de sortie. Or ici, ce délai de 7 jours n'a pas été respecté : dans une telle situation, celui qui a pris l'initiative de faire appel à un tiers ne peut pas réclamer le partage des coûts de réalisation de l'état des lieux de sortie. « Faux ! », conteste le bailleur, dès lors que ce manquement n'a causé aucun préjudice au locataire…

« Faux ! », répond le juge à son tour : dès lors que le délai de prévenance de 7 jours n'a pas été respecté par le bailleur, le locataire n'a effectivement rien à lui payer…

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
26/01/2024

C'est l'histoire d'un fleuriste qui veut élaguer le référencement naturel du site web de son concurrent…

Pour améliorer le référencement naturel de son site web, un fleuriste achète le mot-clé « aquarelle » pour apparaître en 1re place sur un célèbre moteur de recherche. Ce qui pose problème au concurrent, titulaire de la marque « Aquarelle », qui n'arrive qu'en 2e place sur ce moteur de recherche…

Pour le concurrent, ce meilleur référencement naturel constitue une contrefaçon de marque et un acte de concurrence déloyale et parasitaire, car il crée une confusion chez les internautes qui, en tapant le mot-clé, voient ressortir un site web qui n'a rien à voir avec la marque « Aquarelle », ni dans l'annonce elle-même, ni dans le lien hypertexte, ni dans l'adresse URL, alors que c'est son cas. Une confusion que conteste le fleuriste : pour lui, l'internaute moyen peut parfaitement voir que son site web et celui de son concurrent proviennent d'entreprises différentes…

« Exact ! », confirme le juge, pour qui l'absence de confusion donne le droit au fleuriste de faire usage du mot-clé acheté !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
19/01/2024

C'est l'histoire d'une société pour qui la forme importe peu, pourvu qu'elle ait le fond…

Parce qu'elle vend des objets d'art et de collection, une société applique le régime spécifique de TVA sur la « marge » qui lui permet de ne calculer la TVA que sur la seule différence entre le prix de vente et le prix d'achat de ces objets. « Impossible », conteste l'administration à la lecture des factures…

Les factures ne font pas état de la mention « Régime particulier-Objets d'art ou de collection et d'antiquité » comme elles le devraient. Les conditions « de forme » ne sont pas respectées. Et l'absence de cette mention « obligatoire » fait obstacle à l'application de ce régime de faveur… « Peu importe », conteste la société puisque toutes les autres conditions, « de fond » cette fois, pour bénéficier du régime de TVA sur la marge sont remplies…

« Peu importe ! », tranche effectivement le juge : l'absence de cette mention, bien qu'obligatoire, n'empêche pas l'application du régime de TVA sur la marge, dès lors que toutes les conditions de fond sont remplies… Ce qui est le cas ici !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
12/01/2024

C'est l'histoire d'un employeur à qui on reproche un licenciement « verbal »…

Le 5 octobre, un employeur licencie un salarié pour faute. Sauf que le salarié apprend qu'il aurait pris la décision de le licencier 4 jours avant la notification du licenciement. Pour lui, c'est donc un licenciement « verbal » qui justifie une indemnisation…

Pour preuve, dans un échange de mails datés du 1er octobre, entre le service de la paie et celui des ressources humaines, il est fait état de la possibilité de récupérer un indu sur le solde de tout compte du salarié. Or, il n'y a lieu de parler de ce solde que lorsque le contrat de travail est rompu… La décision de licencier a donc bien été prise 4 jours avant la notification ! « Faux ! », conteste l'employeur puisque ces mails n'émanaient pas de salariés titulaires du pouvoir de licencier…

Ce que constate et admet le juge : l'employeur n'ayant pas lui-même formellement manifesté la volonté de mettre fin au contrat de travail avant de notifier le licenciement, aucun licenciement « verbal » de sa part ne peut être ici constaté !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
05/01/2024

C'est l'histoire d'associés qui divisent pour mieux déduire…

Une SCI achète une maison de maître et engage d'importants travaux en vue de la diviser en 11 appartements. Des dépenses de travaux que les associés de la SCI déduisent de leurs revenus fonciers s'agissant, selon eux, de travaux d'« amélioration » déductibles…

Des travaux de « reconstruction » non déductibles, plutôt, conteste l'administration fiscale, qui relève qu'en raison de leur ampleur (installation de cuisines et de sanitaires dans chaque appartement, réfection totale des réseaux d'eau, d'électricité et d'évacuation des eaux usées, etc.), ces importants travaux de réaménagement complet sont assimilables à des travaux de « reconstruction et d'agrandissement », qui ne sont pas déductibles des revenus fonciers…

Des travaux d'« amélioration » déductibles, tranche le juge, qui donne raison aux associés : même s'ils sont importants, ces travaux n'ont pas affecté de manière importante le gros œuvre et ne sont pas d'une ampleur suffisante pour être qualifiés de travaux de reconstruction.

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
15/12/2023

C'est l'histoire d'un artisan face à son client… et son fournisseur…

Un fournisseur vend à un artisan des profilés en aluminium pour le montage de garde-corps qu'il est chargé de réaliser sur une maison en bord de mer. Plus tard, des désordres sont constatés sur ces garde-corps… justement à cause des profilés en aluminium, inadaptés à l'air marin…

Une inadaptation que le propriétaire de la maison reproche à l'artisan… qui la reproche à son fournisseur : faute pour ce dernier de s'être intéressé réellement au projet, il ne l'a pas bien conseillé en ne signalant pas que les produits choisis ne résisteraient pas à l'air marin. « Peut-être ! », répond le fournisseur, mais l'artisan est lui-même un spécialiste de l'aluminium : il s'estime donc dédouané de tout devoir de conseil ici. « À tort ! », pour l'artisan : malgré ses connaissances, il n'est pas ici compétent pour apprécier la portée exacte des caractéristiques techniques des profilés achetés…

Ce qui change tout pour le juge, qui condamne le fournisseur à participer à l'indemnisation du propriétaire !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
08/12/2023

C'est l'histoire d'un couple qui pensait acheter un logement neuf…

Un couple achète un logement neuf au sein d'une résidence située dans une zone qui lui ouvre droit à un avantage fiscal. Parce qu'il s'engage à louer le logement pendant 9 ans et que toutes les autres conditions sont remplies, le couple réclame le bénéfice d'une réduction d'impôt sur le revenu…

Ce que lui refuse l'administration, qui constate qu'ici une condition pourtant impérative fait défaut : le logement n'est pas « neuf » ! « Si ! », insiste le couple : la construction du logement ayant été achevée depuis moins de 5 ans, il est « neuf » au sens fiscal du terme. « Non ! », insiste l'administration, qui rappelle qu'un logement « neuf », même au sens fiscal du terme, est un logement qui n'a jamais été occupé, utilisé, loué ou exploité. Ce qui n'est pas le cas ici… puisqu'il a été loué avant son achat par le couple…

Ce que constate aussi le juge… qui donne raison à l'administration fiscale… et refuse au couple le bénéfice de la réduction d'impôt : ici, le logement n'est pas « neuf » !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
01/12/2023

C'est l'histoire d'un salarié victime d'un accident (du travail ?)...

Après avoir constaté une panne de connexion internet, un salarié en télétravail sort de chez lui pour en rechercher la cause… et est victime de la chute d'un poteau téléphonique qui lui occasionne plusieurs fractures. Un accident du travail, pour le salarié… Un accident certes, mais pas « du travail », conteste l'employeur…

Sauf qu'il est sorti de chez lui pour comprendre l'origine de la panne, la liaison internet étant essentielle pour son travail, rappelle le salarié : il est donc sorti de son domicile pour les besoins de son activité professionnelle. Sauf qu'en sortant de son domicile pour vérifier cette panne, son « lieu de travail » lorsqu'il est en télétravail, le salarié a interrompu son travail ; il a donc cessé sa mission pour un motif personnel. D'autant qu'à aucun moment il ne lui a demandé de vérifier les causes de la coupure, fait en outre remarquer l'employeur…

Ce que confirme le juge, qui donne raison à l'employeur : il ne s'agit pas ici d'un accident « du travail » !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
24/11/2023

C'est l'histoire d'un bailleur qui veut habiter la maison qu'il loue…

Un bailleur délivre un congé à ses locataires dans l'intention d'habiter lui-même la maison. Mais, une fois partis, les locataires contestent ce congé et réclament une indemnité : pour eux, le bailleur n'avait pas réellement l'intention d'habiter cette maison...

Ce que conteste formellement le bailleur : il a initié cette démarche à la suite du décès de sa femme, pour se rapprocher de sa région d'origine. Par ailleurs, il s'est inscrit sur les listes électorales de la commune où est située la maison et, une fois les locataires partis, y a effectué d'importants travaux, souscrit des contrats de fourniture d'eau, de gaz, d'électricité, et aussi informé l'administration fiscale de son déménagement, etc. Sauf que toutes ces démarches ont eu lieu « après » la délivrance du congé, notent les locataires, ce qui laisse un doute sur sa volonté réelle, à ce moment-là, d'habiter la maison…

Ce qui ne laisse aucun doute, tranche au contraire le juge, qui valide le congé délivré par le bailleur !

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
17/11/2023

C'est l'histoire d'un bailleur commercial qui refuse de voir ses loyers partir en fumée…

Un bailleur loue un local commercial, lequel est entièrement détruit par un incendie. Ce qui amène le locataire à considérer que le bail est résilié… et qu'il n'a donc plus à verser de loyer ! Un raisonnement contesté par le bailleur…

Il rappelle que si, par principe, le bail est résilié de plein droit à la suite de la destruction du local loué et le dispense de payer les loyers encore dus, il existe une exception à cette règle qui prévoit que lorsque le locataire est responsable de l'incendie, il doit indemniser le bailleur de la perte des loyers jusqu'à la reconstruction de l'immeuble. Or le locataire est ici responsable de l'incendie… et l'immeuble n'est toujours pas reconstruit… « Par votre faute ! », rétorque le locataire, qui ne s'estime pas responsable des difficultés rencontrées par le bailleur pour la reconstruction du local…

Sauf qu'il n'en demeure pas moins responsable de l'incendie, souligne le juge, qui le condamne à verser une indemnité à hauteur des loyers restant dus.

La petite histoire du jour - © Copyright WebLex

En savoir plus...
 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 > >>