La petite histoire du jour

Bandeau général
02/09/2022

C'est l'histoire d'un employeur qui surprend un salarié en train de fumer dans l'entreprise…



C'est l'histoire d'un employeur qui surprend un salarié en train de fumer dans l'entreprise…


Un salarié est surpris en train de fumer dans un atelier de l'entreprise. Parce que cela est rigoureusement interdit, son employeur le licencie pour faute grave. Sauf que rien n'indique que cet atelier est concerné par l'interdiction de fumer, conteste le salarié…


Sauf que ce lieu est nécessairement concerné par cette interdiction au vu des produits dangereux et hautement inflammables qui y sont utilisés, rappelle l'employeur… D'autant que le salarié doit le savoir, lui qui a suivi une formation de sensibilisation aux risques, ajoute l'employeur… Sans compter que cette interdiction de tabac dans l'entreprise est rappelée non seulement dans le règlement intérieur, mais aussi dans des notes de service et sur des pictogrammes affichés à l'entrée et à l'intérieur du site…


Ce qui suffit à convaincre le juge : fumer, en toute connaissance de cause, dans un lieu soumis à une interdiction absolue constitue, au vu des risques encourus, une faute grave justifiant le licenciement du salarié !




Arrêt de la cour d'appel de Douai, du 25 mars 2022, n° 19/01513 (NP)

La petite histoire du jour



En savoir plus...
26/08/2022

C'est l'histoire d'un dirigeant qui s'estime « responsable mais pas coupable »…



C'est l'histoire d'un dirigeant qui s'estime « responsable mais pas coupable »…


Suite à la rupture de ses relations commerciales avec son client unique, une société est placée en liquidation judiciaire. « A cause de son dirigeant », selon le liquidateur qui décide d'engager sa responsabilité pour « faute de gestion »…


Pour lui, le dirigeant est directement responsable des difficultés financières de la société puisqu'il l'a engagée dans une activité qui ne reposait que sur un seul et unique client, sans pour autant parvenir à garantir la pérennité de la relation commerciale. Preuve en est, l'unique client de la société, après lui avoir imposé des investissements, a brutalement rompu les relations commerciales avec elle, entraînant sa liquidation judiciaire. « Simple manque de vigilance », se défend le dirigeant…


Ce que confirme le juge : s'il a bien manqué de vigilance dans la conduite de l'activité de sa société, le dirigeant ne peut toutefois être tenu pour « responsable » de sa mise en liquidation judiciaire. Sa responsabilité n'a donc pas à être engagée…




Arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale, du 13 avril 2022, n° 20-20137

La petite histoire du jour



En savoir plus...
29/07/2022

C'est l'histoire d'un agent commercial pour qui, avec son partenaire, c'est « œil pour œil, dent pour dent »…



C'est l'histoire d'un agent commercial pour qui, avec son partenaire, c'est « œil pour œil, dent pour dent »…


Une société exerçant une activité d'import-export conclut un contrat avec un agent commercial pour qu'il la représente en exclusivité auprès de grandes surfaces. Peu après, elle apprend qu'il s'est engagé auprès de l'un de ses concurrents. Ce qui la décide à rompre le contrat, sans indemnisation pour l'agent…


Ce que conteste l'agent qui lui fait remarquer qu'elle a plusieurs fois oublié de payer ses commissions et ce, bien avant qu'il n'envisage de s'engager avec un de ses concurrents. Pour l'agent, c'est bien la société qui, la première, a manqué à son obligation contractuelle. Fautive la première, elle est à l'origine de la rupture du contrat : une rupture de contrat qu'elle doit indemniser…


Ce que confirme le juge : parce qu'ils sont antérieurs à son engagement auprès d'un concurrent, qu'ils ont d'ailleurs provoqué, les manquements de la société à l'égard de l'agent sont à l'origine de la rupture du contrat. Pleinement responsable de la situation, la société doit ici l'indemniser !




Arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale, du 1er juin 2022, n° 20-11981

La petite histoire du jour



En savoir plus...
22/07/2022

C'est l'histoire d'une société qui fait l'objet d'un contrôle fiscal… un peu trop long à son goût…



C'est l'histoire d'une société qui fait l'objet d'un contrôle fiscal… un peu trop long à son goût…


Une société fait l'objet d'un contrôle qui aboutira à un redressement fiscal. Un contrôle qui traîne en longueur, constate la société, alors qu'en principe, il ne doit pas durer plus de 3 mois, voire 6 mois sous conditions. Or, ici, le contrôle a duré plus de 6 mois…


Parce que l'administration a poursuivi son examen en contrôlant les comptes d'un de ses fournisseurs pour recouper les éléments qu'elle a déjà recueillis dans l'entreprise pour justifier son redressement fiscal, la durée de son contrôle fiscal a été prolongé d'autant, pour une durée finale de plus de 6 mois, constate la société, qui réclame l'annulation du contrôle… « Aucun rapport », rétorque l'administration, pour qui les 2 contrôles sont indépendants l'un de l'autre…


Ce que confirme le juge : le fait que l'administration fiscale exploite les éléments recueillis lors du contrôle d'un fournisseur de la société n'influe pas sur la durée de son propre contrôle... qui est ici régulier, puisque réalisé dans les délais impartis !




Arrêt du Conseil d'Etat du 20 mai 2022, n° 446817

La petite histoire du jour



En savoir plus...
16/07/2022

C'est l'histoire d'un employeur à qui une salariée reproche d'être un peu (trop ?) curieux…



C'est l'histoire d'un employeur à qui une salariée reproche d'être un peu (trop ?) curieux…


A la suite d'une fuite d'informations confidentielles, un employeur met en place un outil de surveillance informatique. A cette occasion, il découvre, sur la messagerie interne, des mails d'une salariée particulièrement dénigrants envers une collègue…


Ce qui est inacceptable pour l'employeur, qui licencie la salariée… Ce qui est inacceptable pour la salariée, qui se plaint d'une violation de sa vie privée : il s'agit de mails personnels que l'employeur ne peut pas utiliser pour motiver un licenciement. Sauf que ces mails sont enregistrés sur l'ordinateur professionnel de la salariée sans qu'elle ait pris le soin de les identifier comme étant « personnels », fait remarquer l'employeur : par essence « professionnels », il peut librement les consulter, et s'en servir…


« A raison ! », confirme le juge qui valide le licenciement : il s'agit de mails issus de la messagerie professionnelle, non identifiés comme confidentiels, qui peuvent donc être utilisés par l'employeur… contre la salariée !




Arrêt de la Cour de cassation, chambre sociale, du 1er juin 2022, n°21-10330

La petite histoire du jour



En savoir plus...
08/07/2022

C'est l'histoire d'un propriétaire qui espère bénéficier d'un avantage fiscal grâce à des tickets de caisse…



C'est l'histoire d'un propriétaire qui espère bénéficier d'un avantage fiscal grâce à des tickets de caisse…


Un propriétaire fait réaliser des travaux, notamment d'entretien et de réparation, dans plusieurs logements qu'il met en location, et demande à déduire les dépenses correspondantes de ses revenus fonciers… Ce que lui refuse l'administration fiscale.


« Pourquoi ? », s'interroge le propriétaire, qui a tout de même fourni au vérificateur les différents tickets de caisse prouvant l'achat de white spirit, d'un mitigeur, de flexibles de douche, de plinthes, de chevilles, d'enduit, etc. Des tickets qui ne prouvent rien, pour l'administration, qui lui rappelle que pour pouvoir déduire ce type de dépenses de ses revenus fonciers, le propriétaire doit prouver que les travaux correspondants ont bien été réalisés sur les logements mis en location…


Ce qu'il n'a pas fait, constate le juge : en l'absence notamment d'état des lieux, de photographies ou d'attestations permettant d'établir que les travaux ont bien été réalisés dans les logements loués, la déduction demandée ne peut qu'être… refusée !




Arrêt de la Cour administrative d'appel de Nantes du 3 juin 2022, n°20NT02624

La petite histoire du jour



En savoir plus...
01/07/2022

C'est l'histoire d'un artisan pour qui son client « ne dit mot, mais consent »…



C'est l'histoire d'un artisan pour qui son client « ne dit mot, mais consent »…


Après avoir réalisé des travaux d'aménagement d'une maison, un artisan réclame à la SCI qui en est propriétaire le règlement intégral de ses nombreuses factures. Un paiement que refuse d'honorer la SCI…


Elle rappelle qu'aucun devis n'a été signé avant le commencement des travaux. Or, pour qu'il puisse légitimement réclamer le paiement de ses factures, il faut que l'artisan prouve que la SCI a bien accepté, et donc signé un devis avant l'exécution des travaux. Ce qui n'est pas le cas ici, fait-elle remarquer… Sauf que la SCI a déjà réglé plusieurs acomptes, n'a jamais contesté les facturations, ni les travaux réalisés, et lui a même envoyé plusieurs mails rappelant qu'elle s'engageait à solder le prix des travaux réalisés, fait à son tour remarquer l'artisan…


« Ce qui est suffisant », tranche le juge : le comportement de la SCI traduit sa volonté non-équivoque d'accepter les travaux au prix facturé. Et ce, même si aucun devis n'a été signé… Elle est donc condamnée à payer l'artisan !




Arrêt de la Cour de cassation, 3e chambre civile, du 20 avril 2022, n° 21-11989

La petite histoire du jour



En savoir plus...
24/06/2022

C'est l'histoire d'un gérant… qui ne l'est pas vraiment…



C'est l'histoire d'un gérant… qui ne l'est pas vraiment…


Désireux de prendre sa retraite, un gérant vend les titres de sa société et bénéficie, à cette occasion, d'un abattement sur le gain réalisé et soumis à l'impôt. Un abattement que l'administration fiscale refuse de lui accorder…


« Pourquoi ? », s'interroge le gérant… Parce que pour bénéficier de cet avantage fiscal, le vendeur doit justifier qu'il a, dans les 5 ans précédant la vente de ses titres, occupé un poste de direction. Ce qui suppose ici d'avoir été dûment nommé « gérant » de la société, rappelle l'administration. Or, ce n'est pas le cas, constate-t-elle : il se trouve que le gérant nommé à ce poste est une autre personne. Une désignation purement formelle, selon le dirigeant qui affirme que, dans les faits, c'est bien lui qui assumait la direction effective de la société…


« Peu importe », tranche le juge qui valide le redressement fiscal : faute d'avoir été formellement désigné comme « gérant », le gérant « de fait » de la société ne peut pas bénéficier de l'abattement demandé.




Arrêt de la Cour administrative d'appel de Bordeaux, du 10 mai 2022, n° 19BX04959

La petite histoire du jour



En savoir plus...
17/06/2022

C'est l'histoire d'un employeur pour qui la notion de temps de travail peut être relative…



C'est l'histoire d'un employeur pour qui la notion de temps de travail peut être relative…


Un salarié qui travaille à temps partiel fait le décompte de ses heures et se rend compte que, sur une semaine, il a travaillé 36,75 heures, soit plus que la durée légale de travail normalement fixée à 35 heures. Il réclame alors à son employeur la requalification de son contrat de travail en contrat à temps plein.


Sauf que, dans son contrat, la durée du travail est fixée par mois et non par semaine, réplique l'employeur. Et parce que le temps effectivement travaillé par le salarié ne dépasse pas la durée de travail prévue mensuellement, son contrat n'a pas à être requalifié en contrat à temps plein. « Peu importe », réplique le salarié : dès lors qu'il a dépassé 35 heures de travail effectif sur une semaine, son contrat de travail doit être requalifié en temps plein…


Ce que confirme le juge. Et même si le dépassement de la durée légale du travail n'est que de 1,75 heure sur une semaine, cela suffit, selon lui, pour requalifier le contrat de travail à temps partiel en temps complet.




Arrêt de la Cour de cassation, chambre sociale, du 15 septembre 2021, n°19-19563

La petite histoire du jour



En savoir plus...
10/06/2022

C'est l'histoire d'un propriétaire qui perd son locataire… et sa réduction d'impôt…



C'est l'histoire d'un propriétaire qui perd son locataire… et sa réduction d'impôt…


Un propriétaire achète un appartement qu'il s'engage à louer pendant au moins 9 ans, pour bénéficier de la réduction d'impôt associée à cet investissement. Mais, moins de 3 ans plus tard, son locataire finit par partir…


Ce dont s'aperçoit l'administration, qui remarque qu'après cela, le logement n'a pas été reloué pendant plus de 2 ans. Or, ne pas faire le nécessaire pour relouer le logement fait perdre au propriétaire le bénéfice de son avantage fiscal, selon elle. Mais pas selon le propriétaire, qui rappelle qu'il a accompli, dès le départ de son locataire, toutes les diligences nécessaires pour remettre l'appartement en location, comme en témoigne d'ailleurs son agent immobilier…


Un agent immobilier qui l'a clairement informé, par écrit, que le montant du loyer réclamé n'était pas adapté aux caractéristiques du marché locatif local, constate le juge. Des exigences qui l'ont empêché de relouer rapidement l'appartement… et qui lui font donc perdre le bénéfice de la réduction d'impôt !




Arrêt de la Cour administrative d'appel de Nancy du 31 décembre 2021, n°20NC00281

La petite histoire du jour



En savoir plus...
03/06/2022

C'est l'histoire d'une entreprise qui solde à tout prix…



C'est l'histoire d'une entreprise qui solde à tout prix…


Le premier jour des soldes, une société reçoit la visite de la DGCCRF qui procède à un contrôle de ses articles proposés en solde, et à l'issue duquel elle lui notifie une amende. La raison ? Des produits sont soldés alors qu'ils ne sont pas en stock depuis au moins un mois…


« Faux », conteste la société : si on se réfère à la date d'arrivée de ces produits dans le dépôt de son fournisseur, ils sont bien stockés depuis plus d'un mois. Donc, elle peut les proposer en solde, estime-t-elle… « Non », répond la DGCCRF : prendre en compte la date d'arrivée des produits dans le dépôt du fournisseur suppose que ce fournisseur et l'entreprise soient « étroitement liés ». Ce qui n'est pas le cas ici : les 2 entreprises sont totalement indépendantes l'une de l'autre et n'ont aucun lien juridique ou économique.


Une absence de lien qui confirme que la société n'aurait pas dû solder les produits livrés par son fournisseur depuis moins d'un mois, estime le juge, qui lui ordonne de payer l'amende due !




Arrêt de la Cour de cassation, chambre criminelle, du 22 février 2022, n° 21-83226

La petite histoire du jour



En savoir plus...
27/05/2022

C'est l'histoire d'une entreprise qui refuse de faire des additions…



C'est l'histoire d'une entreprise qui refuse de faire des additions…


Pour son activité, une entreprise occupe un 1er bâtiment de 342 m², où elle exerce une activité de vente de véhicules et de pièces détachées, et un 2nd bâtiment de 387 m², contigu au 1er, dans lequel elle a installé un hall d'exposition.


Parce que l'ensemble fait plus de 400 m², ce qui correspond au seuil d'assujettissement de la taxe sur les surfaces commerciales, l'administration lui en réclame le paiement. Taxe que la société refuse de payer, ce seuil devant selon elle s'apprécier bâtiment par bâtiment : et, ici, chacun de ses 2 bâtiments fait moins de 400 m²… Sauf que, quand bien même les 2 bâtiments sont situés à 2 adresses différentes et font l'objet de baux et de taxes foncières distincts, les 2 surfaces de commercialisation sont exploitées par la société sous un même numéro SIREN, fait remarquer l'administration…


Ce qui confirme qu'il s'agit bien, ici, d'un établissement unique d'une surface globale supérieure à 400 m²... et pour lequel la taxe est due, estime le juge !




Arrêt du Conseil d'Etat du 11 juillet 2018, n° 415756

La petite histoire du jour



En savoir plus...
 << < 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 > >>