La petite histoire du jour

Bandeau général
09/04/2021

C'est l'histoire d'un propriétaire qui fait réaliser des travaux dans un appartement inoccupé…



C'est l'histoire d'un propriétaire qui fait réaliser des travaux dans un appartement inoccupé…


Propriétaire d'un appartement, un bailleur a, pour calculer ses revenus fonciers imposables, déduit diverses dépenses de travaux de réparation. Dépenses dont l'administration refuse la déduction fiscale après avoir constaté que l'appartement n'a été effectivement loué que 3 ans après la réalisation de ces travaux…


« Et il y a une bonne raison à cela », répond le bailleur : si l'appartement est resté inoccupé aussi longtemps, c'est à la suite du décès brutal de sa grand-tante, dont il était convenu qu'elle louerait l'appartement, puis à l'impossibilité de trouver un nouveau locataire, en dépit des annonces de location publiées sur les réseaux sociaux.


Des annonces publiées 2 ans après le décès, relève le juge qui donne raison à l'administration : parce que le bailleur n'apporte pas la preuve des diligences qu'il aurait accomplies afin de placer l'appartement en location, il doit être regardé comme s'en étant réservé la jouissance… quand bien même il ne l'aurait pas effectivement occupé.




Arrêt de la Cour administrative d'appel de Marseille du 19 novembre 2020, n°19MA01732

La petite histoire du jour



En savoir plus...
02/04/2021

C'est l'histoire d'une entreprise qui, à la lecture du site web d'un concurrent, a une impression de déjà-vu…



C'est l'histoire d'une entreprise qui, à la lecture du site web d'un concurrent, a une impression de déjà-vu…


Une entreprise qui vend des saunas en fait la promotion sur son site web d'e-commerce : pour chaque équipement, une fiche descriptive détaille le produit et un avis d'expert met en valeur ses qualités. Avis d'expert qu'elle retrouve sur le site web d'un concurrent, reproduits à l'identique !


Un procédé qui caractérise une concurrence déloyale, selon l'entreprise qui réclame au concurrent une indemnisation. Ce qu'il conteste : tout en reconnaissant avoir effectivement recopié ces avis d'experts, il rétorque que cela n'a conduit à aucune perte de clientèle ou de chiffre d'affaires pour l'entreprise, et donc aucun préjudice. Faute de préjudice, pas d'indemnisation…


« Non », tranche le juge qui considère que l'attitude du concurrent, ici le fait de s'immiscer dans le sillage de l'entreprise pour tirer, sans rien dépenser, un profit de son savoir-faire, constitue un acte de « parasitisme commercial », dont il découle nécessairement un préjudice pour elle… qui doit donc être indemnisée !




Arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale, du 17 mars 2021, n° 19-10414

La petite histoire du jour



En savoir plus...
26/03/2021

C'est l'histoire d'un père qui demande (trop tard ?) le rattachement de sa fille majeure à son foyer fiscal…



C'est l'histoire d'un père qui demande (trop tard ?) le rattachement de sa fille majeure à son foyer fiscal…


Un père s'acquitte de son impôt sur le revenu calculé conformément à sa déclaration, aux termes de laquelle il s'est déclaré divorcé et sans enfant à charge. Quelques mois plus tard, il accuse une perte significative de revenus : pour obtenir un remboursement d'une partie de l'impôt qu'il a déjà payé, il demande finalement à rattacher sa fille étudiante et âgée de moins de 25 ans à son foyer fiscal…


Demande rejetée par l'administration fiscale : une telle demande ne peut plus être faite après l'expiration du délai de déclaration d'impôt sur le revenu, rappelle l'administration, qui constate, par ailleurs, que sa fille a déjà demandé le rattachement au foyer fiscal de sa mère et que sa demande a été prise en compte pour la détermination de l'impôt dû par cette dernière.


Sa fille ne pouvant pas simultanément demander à être rattachée au foyer fiscal de son père et au foyer fiscal de sa mère au titre d'une même année, la demande du père ne peut qu'être rejetée… Ce que confirme le juge.




Arrêt de la Cour administrative d'appel de Versailles du 17 décembre 2019, n°18VE00248

La petite histoire du jour



En savoir plus...
19/03/2021

C'est l'histoire d'un employeur qui garde un (deux ?) exemplaire(s) d'une rupture conventionnelle…



C'est l'histoire d'un employeur qui garde un (deux ?) exemplaire(s) d'une rupture conventionnelle…


Un employeur et un salarié se mettent d'accord pour conclure une rupture conventionnelle… que le salarié conteste finalement. Parce qu'il n'a pas reçu l'exemplaire de la rupture conventionnelle qui lui revient normalement, elle doit être, selon lui, annulée…


… et produire les effets d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse, source d'indemnités ! Ce que conteste à son tour l'employeur : le salarié ne prouve pas l'absence de remise de son exemplaire ; et quand bien même il le prouverait, cela n'entraîne pas nécessairement la nullité de la rupture conventionnelle, dès lors que le libre consentement du salarié et son droit de rétractation lui sont garantis. Ce que le salarié ne conteste d'ailleurs pas ici, fait remarquer l'employeur…


… qui a toutefois tort, rétorque le juge : la remise effective au salarié d'un exemplaire de la convention de rupture, que l'employeur doit d'ailleurs justifier, est nécessaire à la validité de la rupture conventionnelle… qui est donc ici nulle !




Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 23 septembre 2020, n° 18-25770

La petite histoire du jour



En savoir plus...
12/03/2021

C'est l'histoire d'un propriétaire qui met 3 ans à vendre son logement…



C'est l'histoire d'un propriétaire qui met 3 ans à vendre son logement…


Suite à la vente de son logement, un propriétaire entend bénéficier de l'exonération fiscale du gain réalisé, ce logement constituant sa résidence principale. Sauf qu'au moment de la vente, cela faisait déjà 3 ans qu'il ne s'agissait plus de sa résidence principale, lui rappelle l'administration qui lui refuse donc cette exonération…


« Certes », répond le propriétaire, qui dispose toutefois de quelques arguments : après avoir signé un compromis de vente avec un potentiel acquéreur qu'il a autorisé à occuper le logement jusqu'à réalisation de la vente, celle-ci n'a finalement pas eu lieu. Il a donc remis le bien en vente, via plusieurs agences immobilières. Et parce que le logement en question visait une clientèle aisée, il est normal, au regard du contexte économique, que la vente ait pris un peu de temps…


Sauf que rien n'établit que le contexte économique et la clientèle visée aient empêché la réalisation de la vente avant 3 ans, constate le juge qui, de fait, maintient le redressement.




Arrêt de la Cour administrative d'appel de Marseille du 16 février 2021, n°19MA04636

La petite histoire du jour



En savoir plus...
05/03/2021

C'est l'histoire d'un emprunteur pour qui « rien ne sert de courir »…



C'est l'histoire d'un emprunteur pour qui « rien ne sert de courir »…


Un dirigeant souscrit un prêt immobilier, dont le remboursement est garanti par une assurance. A la suite d'un arrêt maladie, il réclame la prise en charge des mensualités à l'assurance. Ce qu'elle refuse, lui rappelant qu'il a dépassé l'âge au-delà duquel ce risque est couvert…


S'estimant mal conseillé lors de la souscription de cette assurance, l'emprunteur se retourne alors contre la banque et lui réclame une indemnisation. Ce qu'elle lui refuse à son tour, estimant sa demande « trop tardive » : la banque lui rappelle qu'il avait 5 ans, à compter de la souscription du contrat, pour engager sa responsabilité... « A compter du refus de prise en charge de l'assurance, plutôt », rétorque le particulier : sa demande d'indemnisation est donc parfaitement légitime… et recevable…


Une position partagée par le juge, qui estime ici que le délai de 5 ans dont dispose l'emprunteur pour engager la responsabilité de la banque commence à courir à compter du refus de garantie opposé par l'assurance.




Arrêt de la cour de cassation, chambre commerciale, du 6 janvier 2021, n°18-24954

La petite histoire du jour



En savoir plus...
26/02/2021

C'est l'histoire d'une société qui s'estime (seule ?) maître de ses choix de gestion...



C'est l'histoire d'une société qui s'estime (seule ?) maître de ses choix de gestion...


Une société a facturé une prestation à une filiale mais, cette dernière rencontrant des difficultés financières, la société mère constate une provision liée au risque de non-recouvrement de cette créance. Une provision qu'elle déduit pour le calcul de son résultat imposable…


A tort, estime l'administration qui rectifie son impôt sur les bénéfices : pour elle, la société aurait dû consentir à sa filiale un abandon de créance, non déductible s'agissant d'une aide financière... « Non » répond la société : en abandonnant sa créance, elle aurait définitivement renoncé à recouvrer les sommes dues, ce qui n'était pas son intention. Ici, il s'agissait simplement d'anticiper un risque d'impayé en espérant un retour à meilleure fortune de sa filiale.


A raison, estime le juge qui annule le redressement fiscal : non seulement le risque de non-recouvrement de la créance est avéré, mais, en outre, l'administration fiscale ne prouve pas que le choix opéré par la société relève d'une gestion anormale.




Jugement du Tribunal administratif de Montreuil du 30 octobre 2017, n°1607367 (NP)

La petite histoire du jour



En savoir plus...
19/02/2021

C'est l'histoire d'un employeur qui veut éviter un licenciement…



C'est l'histoire d'un employeur qui veut éviter un licenciement…


Un employeur apprend qu'un salarié, chauffeur poids lourds, a enfreint les consignes de sécurité. Une faute, grave selon lui, qui mérite une sanction. Mais, plutôt qu'un licenciement, il propose au salarié un changement de poste et de rémunération. Concrètement, une rétrogradation…


… que le salarié refuse. L'employeur n'a donc plus le choix, estime-t-il, que de licencier ce salarié pour faute grave. Ce qui est (désormais) impossible, estime le salarié pour qui une faute grave suppose que son maintien dans l'entreprise ne soit plus possible. Or, l'employeur lui a proposé une rétrogradation, et donc de rester dans l'entreprise. Ce qui prouve nécessairement que son maintien n'y était donc pas rendu impossible…


Sauf que, rappelle le juge, en cas de refus par le salarié de la mesure de rétrogradation, l'employeur peut ici, dans l'exercice de son pouvoir disciplinaire, prononcer une autre sanction, y compris un licenciement pour faute grave, qui se substitue alors à la sanction refusée.




Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 10 février 2021, n° 19-20918 (NP)

La petite histoire du jour



En savoir plus...
12/02/2021

C'est l'histoire d'un gérant qui se déplace beaucoup… trop pour l'administration fiscale…



C'est l'histoire d'un gérant qui se déplace beaucoup… trop pour l'administration fiscale…


A l'issue du contrôle d'une société, l'administration estime que des frais de déplacement et de logistique ont été payés par elle, non pas dans l'intérêt de son exploitation, mais dans celui de son gérant. Elle réclame donc à ce dernier un supplément d'impôt sur le revenu…


« Non », conteste le gérant, pour qui tout s'explique : les frais de déplacement en question sont liés au projet d'implantation d'un pôle d'activité numérique dont sa société a la charge. Quant aux dépenses de logistique, elles concernent le stockage des documents de son entreprise… à plusieurs centaines de kilomètres de son lieu d'implantation, dans un département dans lequel il dispose justement d'une résidence secondaire, constate et conteste l'administration…


Ce qui interpelle aussi le juge qui confirme le redressement fiscal : pour lui, aucun lien n'est établi entre les déplacements et le projet d'implantation et l'entreprise n'a aucun intérêt économique à procéder à un stockage aussi éloigné de son implantation…




Arrêt du Conseil d'Etat du 3 février 2021, n°437834

La petite histoire du jour



En savoir plus...
05/02/2021

C'est l'histoire d'un apporteur d'affaires qui se veut (se rêve ?) agent commercial…



C'est l'histoire d'un apporteur d'affaires qui se veut (se rêve ?) agent commercial…


Un apporteur d'affaires, dont le contrat vient d'être résilié par l'entreprise partenaire, réclame sa requalification en contrat d'agent commercial pour obtenir le paiement de l'indemnité de rupture qui va avec…


A l'appui de sa demande, l'apporteur précise avoir disposé, dans le cadre de ses missions, d'une grande liberté pour s'organiser et prospecter de nouveaux clients. « Liberté de prospecter, mais pas de négocier », rétorque l'entreprise, qui rappelle que l'apporteur d'affaires n'était pas invité aux réunions commerciales et avait l'interdiction de procéder, en son nom, aux commandes et aux encaissements clients. Ce qui est incompatible avec le statut d'agent commercial…


Ce que confirme le juge : parce que l'apporteur d'affaires n'avait pas de pouvoir de négociation avec les clients de l'entreprise, le contrat ne pouvait être qu'un contrat d'apporteur d'affaires, et non d'agent commercial. Il ne peut donc pas prétendre à une indemnité pour rupture d'un contrat d'agent commercial…




Arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale, du 27 janvier 2021, n° 18-10835 (NP)

La petite histoire du jour



En savoir plus...
29/01/2021

C'est l'histoire d'un propriétaire qui restaure (agrandit ?) une maison…



C'est l'histoire d'un propriétaire qui restaure (agrandit ?) une maison…


Après avoir acheté un ancien corps de ferme composé d'une maison placée en location et d'un second logement lui servant de résidence principale, un propriétaire engage d'importants travaux de restauration. Des dépenses qu'il déduit de ses revenus fonciers, s'agissant, selon lui, de travaux d'aménagement…


… de reconstruction plutôt, constate l'administration fiscale qui relève des discordances entre la surface habitable de ce corps de ferme avant travaux, telle que mentionnée sur le cadastre, et celle mentionnée par le propriétaire lui-même dans les différentes déclarations qu'il a déposées à l'issue de ces travaux. Des éléments qui lui suffisent à conclure que la restauration réalisée a, en réalité, entraîné une augmentation de la surface habitable de la longère…


Ce que valide le juge, pour qui les travaux, qui ont effectivement augmenté la surface habitable de ce corps de ferme, équivalent par leur importance et leurs caractéristiques à des travaux de reconstruction… non déductibles !




Arrêt de la Cour administrative d'appel de Nantes du 24 septembre 2020, n°19NT01509

La petite histoire du jour



En savoir plus...
21/01/2021

C'est l'histoire d'un employeur à qui un salarié réclame la prise en charge de ses déplacements…



C'est l'histoire d'un employeur à qui un salarié réclame la prise en charge de ses déplacements…


Parce que, pour se rendre de son domicile sur les différents sites sur lesquels il travaille, il est contraint de prendre son véhicule personnel, un salarié réclame à son employeur le remboursement de ses frais de carburant…


Pour lui, il s'agit de « frais professionnels », parce qu'exposés pour les besoins de son activité professionnelle et dans l'intérêt de l'entreprise. « Non », rétorque l'employeur : lorsque le salarié n'a pas d'autre choix que d'utiliser son véhicule personnel en l'absence de moyens de transports collectifs, il « peut » prendre en charge ces frais de carburant ; ce n'est qu'une faculté qui ne l'oblige donc pas à rembourser au salarié les frais de carburant qu'il a payés pour se rendre, de chez lui, sur ses différents lieux de travail…


Ce que confirme le juge : ces frais ne sont pas qualifiés, ici, de « frais professionnels ». Et sauf dispositions contractuelles ou engagement unilatéral le prévoyant, l'employeur n'est effectivement pas tenu de les prendre en charge…




Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 6 janvier 2021, n° 19-18168

La petite histoire du jour



En savoir plus...
 << < 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 > >>